Éric Zemmour : il s’attaque à la députée Danielle Obono suite à l’affaire avec Valeurs Actuelles et fait polémique !

Éric Zemmour, journaliste politique réagit sur l’affaire concernant la députée Danielle Obono suite à une publication du magazine Valeurs Actuelles vendredi passé.

Le magazine Valeurs Actuelles aurait fait une publication de politique-fiction où Danielle Obono est représentée en esclave. Très engagée pour ses convictions politiques, Danielle Obono est une femme politique franco-gabonaise.

Danielle Obono, représentée en esclave par un journal

Il faut dire que ce n’est pas la première fois que le magazine Valeurs Actuelles est au cœur d’une polémique. On a assisté récemment à une guerre entre ce journal et . Vendredi 28 août 2020, il publie une fiction de 7 pages où le journal fait une représentation de la porte-parole de la insoumise comme étant une esclave.

Cette publication qui pourrait s’accommoder à la provocation n’a pas laissé l’intéressée indifférente. Elle a sans doute réagi sur BFM TV quelques heures après. En effet, elle estime qu’il s’agit d’une insulte faite à l’endroit de ses ancêtres, à la république et même à sa famille. Elle poursuit en disant qu’il s’agirait d’un acharnement médiatique. Quelques heures avant son intervention à la , la femme politique de 40 ans avait déclaré sur son compte Twitter que c’était du raciste venant de l’extrême droite. Ce journal qui fait tant parler de lui, multiplie ses batailles. C’est au tour de la femme politique d’être au centre d’une polémique causée par ce magazine.

Éric Zemmour réagit à la polémique

Depuis vendredi dernier, les réactions sont nombreuses. Au cours de l’émission Face à l’info, les journalistes de Cnews sont revenus sur la polémique et auraient donné l’occasion à Éric Zemmour de s’exprimer à ce sujet. En tant que politique, ce dernier est mieux placé pour donner son point de vue sur les affaires relatives à la politique. Il déclare à l’entame de ses propos que « Danielle Obono vient pleurer parce qu’on se moque d’elle dans un journal, dans une fiction ». Il poursuit en disant qu’il aurait vu la députée organiser des réunions qui étaient interdites aux blancs. Très violent dans ses déclarations, le mari de Mylène Chichportich est allé plus loin en disant qu’on « a le devoir de combattre Mme Obono ». Pour conclure, l’ancien du Quotidien de nuance ses propos en disant qu’on se moque de tout le monde et que Danielle Obono n’en faisait pas l’exception.

Il faut dire que c’était la rentrée de l’émission Face à l’info. Éric Zemmour qui était visiblement très en forme n’a pas hésité à tirer sur la porte-parole de la France insoumise, en apportant indirectement son soutien au magazine Valeurs Actuelles. Il faut dire que l’émission de lundi 31 août portait également sur l’ensauvagement de la société française. Le pays serait en proie à une montée vertigineuse de la violence depuis le début de la période estivale. Pour Éric Zemmour, les responsables de ces violences sont les immigrés africains et maghrébins. Les propos du journaliste politique et chroniqueur de Cnews ont suscité de vives réactions sur la toile. Tout le monde se serait attendu qu’Éric Zemmour s’insurge contre la publication du journal Valeurs Actuelles mais il soutient indirectement le magazine disant que la députée Obono n’était pas Louis XIV pour qu’on ne se moque pas d’elle.

Il faut préciser que plusieurs autres personnes ont réagi sur l’affaire Obono. De son côté, Jordan Bardella parle d’un concert de pleureuses qu’aurait organisé la porte-parole de la France insoumise. Le jour suivant la publication de ce journal, certains membres de la ligue de Défense noire africaine auraient infiltré les locaux du magazine. Il est important de préciser que le fondateur de ladite organisation défend la cause du panafricanisme et combat le racisme à l’égard des noirs.


Justin Bréant

Justin Bréant

Ancien parisien exhilé au Pays Basque, je suis fasciné par l'univers du cinéma et des séries TV. Pigiste pour plusieurs magazines et de nature curieuse, je partage mon analyse sur tous les sujets.